Je m’appelle Laure et je suis musicienne professionnelle.

Cela veut dire que la musique, en plus d’être une passion, est également ma profession. Ce détail a son importance, particulièrement dans le rapport à l’argent… un sujet que j’aborderai dans un prochain article. 

C’est une profession que j’aime et de laquelle j’ai appris à prendre soin, en prenant soin de moi !

Je me suis rendu compte au fil des années qu’il était primordial de ne pas oublier l’élan premier qui nous fait être musicien, peintre, ou maçon même. La répétition de mouvements, des horaires de concerts pas forcément adaptés au rythme biologique, l’angoisse du futur, les doutes et incertitudes inhérents à la majorité des artistes ….Bref, toutes ces choses qui peuvent finir par nous éloigner de nos tripes !

C’est pourquoi j’ai eu envie de partager les petits « trucs » et grandes révélations appris au travers de mes expériences, qui me permettent au quotidien de gérer les moments pas drôles (tendinites, fatigue, ras-le-bol etc…) pour être pleinement à la musique et à la joie qu’elle procure ….

 

Comment ça se passe ?

Chaque mois, je publierai sur mon blog, anecdotes (les miennes et des vraies 😉) et MES petits « trucs ».Une boite à outils en somme, mêlant développement personnel, sophrologie et retours d’expériences.

Si tu ne veux pas passer à côté de ces « révélations » 😉 inscris toi à mon blog pour les recevoir directement dans ta boite aux lettres.

J’y parlerai entre autres de :

  • La mise en condition physique et mentale avant de jouer no matter what 💪
  • L’apprentissage du répertoire ou comment apprendre 50 morceaux pour la veille ! 😉 😱
  • La gestion de l’imprévu (Oups ! ma corde vient de casser…) 😳
  • Le rapport au NON et à l’argent 🤑
  • Comment se (re)connecter à cet élan premier qui nous fait devenir musicien ❤️

 

Mais avant cela, laisse-moi me présenter !

J’ai commencé le violon à l’âge de 7 ans, en même temps que j’apprenais à lire.

Formation classique, prix de conservatoire, et diplôme d’enseignement en poche, mon premier poste fut en Corse, à l’Ecole Nationale de Musique d’Ajaccio pour enseigner le violon…Il y a pire endroit sur la planète pour travailler, je suis d’accord…  😄 

1 an plus tard, je donnais néanmoins ma démission. J’ai quitté l’île  et suis « montée » à Paris pour jouer et expérimenter d’autres styles musicaux. Dans mon cas, mes tripes m’appelaient à la scène et non pas à l’enseignement.

À Paris, je découvre le Cirque d’Hiver Bouglione et sa piste aux étoiles. Je deviens violon solo de l’orchestre du cirque durant 8 saisons.

C’est là-bas que j’apprends les dessus, les dessous de la scène, les imprévus, la fatigue, la joie profonde, l’endurance… Et surtout : Comment se ré inventer à chaque spectacle pour offrir une performance unique, même si c’est la 14ème représentation de la semaine et qu’il en reste 14 autres ! J’y travaillerai 8 ans, à raison de 200 spectacles pendant les 5 mois de la saison .

L’orchestre, composé de 11 musiciens accompagne les artistes de piste en live. Nous devons réagir aux imprévus : un salto manqué, des changements de dernières minutes. Nous apprenons la résistance, car chaque spectacle dure 2h et il nous arrive régulièrement d’en enchaîner 3 dans la journée.

J’apprends au contact des acrobates, de tous ces passionnés de cirque dont le leitmotiv est : « The show must go on » no matter what. Leitmotiv dont l’origine se trouve dans une tradition de travail qui conditionnait ce qu’il y avait sur la table. Pas de show, pas de nourriture. Ainsi qu’un amour profond et viscéral pour la scène et le partage.

Après 8 saisons dans cet univers incroyablement beau et formateur, je décide de créer mon propre show et d’expérimenter la scène différemment…seule et non plus avec orchestre ! Tout d’un coup, la scène ne fait plus la même taille !….😨

J’ai dû apprendre à occuper l’espace et à garder le contact avec le public. J’ai découvert qu’être seule en scène, c’est être libre mais aussi responsable. De fil en aiguille, j’ai enchaîné les prestations pour des événements privés, d’entreprises et des spectacles de cabaret.

Je suis depuis une musicienne éclectique : musique classique, cabaret, violon électrique et musique électronique.

Je joue souvent le soir, dans des lieux différents à chaque fois, souvent loin de chez moi. Malgré la joie de jouer, de rencontrer de nouvelles personnes, visiter de nouveaux lieux, il arrive parfois que l’envie ne soit plus au rendez-vous.

Cette boite à outils existe pour ces moments-là !

Je te donne donc rdv le dimanche 12 janvier pour le premier billet de « La boite à outils d’une musicienne pro » ! J’ai choisi de débuter cette aventure un dimanche parce qu’habituellement, le dimanche, on a du temps, un peu plus, pour prendre le temps….😎

N’oublie pas de t’inscrire sur mon blog si tu veux recevoir mes articles directement dans ta boite aux lettres!

Et d’ici là, n’hésite pas à me partager tes questions ou les thématiques particulières que tu aimerais voir abordées !


Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *